Cinéma

Fil des billets

dimanche 10 avril 2016

Parfum de Printemps

Le site officiel du nouveau film de Férid Boughedir est enfin lancé et est disponible à l'adresse suivante : parfumdeprintemps.com
dimanche 10 avril 2016

samedi 7 mars 2009

Gran Torino


Gran Torino (by Clint Eastwood)

Clint Eastwood campe un retraité réac, veuf, xénophobe et acariâtre. Une sorte d'inspecteur Harry, avec quelques (euphémisme) années de plus, noyé dans un voisinage cosmopolite qui court vers une fin évidente. Une comédie (sociale?) qui vire lentement, mais sûrement, au drame...
Le reste est à découvrir par soi même tant il est bon de découvrir une nouvelle forme d'Eastwood-Acteur (il était temps, à bientôt 80 ans ;-)...).
samedi 7 mars 2009

dimanche 1 mars 2009

Oktapodi


Petit bijou de créativité que ce (très) court-métrage ! C'est en fait le projet de fin d'étude de 6 étudiants des Gobelins qui a plutôt bien tourné (1 nomination aux Oscars dans la catégorie courts d'animation, rien que ça, et une palanquée de récompense). Il est disponible sur le site du film donc just enjoy it !
dimanche 1 mars 2009

mardi 30 décembre 2008

Young@heart (I feel Good!)

I feel good, real good!

Young@Heart (by Stephen Walker)

Une vraie bonne surprise ! Ça partait pourtant assez mal : un documentaire sur une chorale de septua/octogénaires, ça sentait le remake - cheap - du Buena Vista Social Club plein de bonnes intentions. Il s'agit en fait d'une version cinéma d'un documentaire diffusé sur Channel 4 (télévision publique britannique hors du cadre de la BBC). On y suit des personnages (Des "choristes" - en moins casse-c*****s), âgés de 73 à 92 ans(!), hauts en couleur, pleins d'entrain, d'humour et d'optimisme lors des répétitions de leur futur spectacle.
C'est frais, ça n'est pas bourré de bonnes intentions, ça fait rire et ça peut même illuminer une journée froide et pluvieuse ;)!
mardi 30 décembre 2008

Burn After Reading

Yep, should really burn it...

Burn After Reading (by Joel & Ethan Coen)
Pour une fois, je vais ramer à contre courant... Cruelle déception que le dernier opus, clôturant la "trilogie des idiots", des frères Coen. Après No Country for Oldmen, ils livrent là un produit bien fade. Aussi divertissant qu'il soit, et malgré une idée de départ intéressante, Burn after Reading est desservi par un scénario assez banale, une mise en scène à la hauteur et surtout des dialogues (en V.O.) assez affligeants : Fuck/Shit/Moron placés approximativement tous les 3 mots, c'est assez limité comme vocabulaire :(... Les acteurs sauvent - heureusement - le film. La critique paraissait assez bonne, mais comme souvent avec ce genre de réalisateurs, il y a des inconditionnels ;) !
mardi 30 décembre 2008

samedi 14 juin 2008

Am ende kommen Touristen (Et puis les touristes)


Am ende kommen Touristen (by Robert Thalheim)

Ou comment peut être vécu le devoir de mémoire par un jeune Allemand effectuant son service civil dans la ville Oswiecim (en Allemand, la ville s'appelle Auschwitz...). Le film dépeint d'une manière moins académique (avec un peu de légèreté, ça change !) la vie de ce jeune confronté à un passé dont il n'a pas été acteur.
Le film est simple, sans prétentions et intelligemment mis en scène. Certes, ce n'est pas le meilleur film étranger de l'année, mais un bon moment en perspective pour ses futurs spectateurs.
(Et merci à Toulouse, fourmillante bourgade pleine de cinémas d'art et essais en nombre !)
PS : blog à 2 à l'heure pour cause d'agenda chargé niveau ENAC et d'agenda cinéma plutôt vide :-(...
samedi 14 juin 2008

jeudi 8 mai 2008

(Les Citronniers) בויקיפדיה באנגלית


בויקיפדיה באנגלית (Les Citronniers)- by Eran Riklis

Une (très) belle fable. L'histoire d'une palestienne vivant de la culture de ses citrons dont la vie va radicalement changer avec l'arrivée du nouveau ministre (israélien) de la Défense. Le verger de cette dernière étant considéré comme un menace pour la sécurité du ministre : les citronniers devrons être coupés. S'engage alors un long processus judiciaire au bout duquel aucun des protagonistes ne sortira vraiment vainqueur. Je ne dévoilerai pas le dernier plan séquence, mais il est simplement génialement trouvé, un beau reflet de la situation régionale...
jeudi 8 mai 2008

Sans armes, ni haine, ni violence


Sans armes, ni haine, ni violence - Jean-Paul Rouve

Premier film réalisé par Jean-Paul Rouve. J'aurais adoré dire que le film est bon...
Le film est too much. Jean-Paul Rouve en fait des caisses dans le rôle du malfrat, dépeint comme un homme bon.
Rouve-Acteur n'était pas peut-être pas l'acteur de choix dans ce film par Rouve-Réalisateur. Il ne colle pas dans le rôle de l'ancien Para devenu braqueur.
Et puis, le script oublie un peu facilement que l'action est basée sur des faits historiques. Le vrai Albert Spaggiari est (était) tout sauf quelqu'un d'affable. Ancien légionnaire (pendant la guerre d'Indochine), ancien OAS, mouillant dans l'extrême droite Niçoise... Bref un "bon" raciste xénophobe. Le dernier point est abordé sur le ton de l'humour sans vraiment le faire ressortir. Et c'est un poil (doux euphémisme)dérangeant.
Sinon, la touche positive : Ca reste impeccablement réalisé et puis le décor fin 70's - début 80's, c'est toujours sympa à revoir (rhââââ les tabourets tam-tam de mon enfance...!) ;-).
jeudi 8 mai 2008

mardi 29 avril 2008

Désengagement


Désengagement - Amos Gitaï
Je sors de ce film partagé entre deux sentiments. Celui d'avoir vu un film qui illustre un petit bout d'histoire contemporaine (l'évacuation des colonies israéliennes de Gaza) d'une part, celui d'avoir vu un film dont la trame traîne définitivement en longueur d'autre part.
A mon sens ça reste la première impression qui prend le pas sur la seconde. Le début du film est encore un prégénérique réussi, belle image d'une rencontre impromptue. La partie "Israélienne" du film, quand a elle, a le mérite d'illustrer et de faire ressentir le désengagement vu du côté Israélien (et non pas du côté journalistes comme on l'avait vu - nous, Européens - jusqu'ici.) tant du point de vue des forces spéciales (de la Police) que de celui des colons.
Cependant, le coeur du film, la partie Avignonnaise traîne définitivement trop avec une Juliette Binoche certes toujours aussi ravissante mais campant un rôle dont je ne comprends définitivement pas la (nécessaire) excentricité...
mardi 29 avril 2008

dimanche 13 avril 2008

The Darjeeling Limited

Honnêtement pas le meilleur film de l'année. Pas un navet pour autant. C'est une sorte de "rail movie" (la trame de l'histoire étant un train, le Darjeeling Limited).
Le prégénérique (Hôtel Chevalier), est, à mon sens, une perle... Pour le reste, ça reste un bon film, comparé au volume de navets intersidéraux projetés en salles, qui est parfait pour un Dimanche soir, histoire de bien débuter la semaine ;-)
dimanche 13 avril 2008

lundi 7 avril 2008

J'ai toujours rêvé d'être un Gangster


Un Edouard Baer en braqueur loser comme on en fait peu, deux kidnappeurs Belges qui ne feraient pas de mal à une mouche, fut-elle adolescente suicidaire, et cinq septuagénaires, ex-braqueurs de banque, qui retenteraient bien l’aventure.
C’est en résumé J’ai toujours rêvé d’être un gangster. Associé à une réalisation à la Pulp-Fiction (des scénettes dans le désordre formant un tout cohérant), le destin croisé de ces personnages forme un film frais, dans les bons crûs de cette année ;-)…
lundi 7 avril 2008

jeudi 27 mars 2008

Be Kind, Rewind....

Après ''Eternal Sunshine of a spotless mind'', Michel Gondry frappe de nouveau avec Be Kind, Rewind… On retrouve de nouveau son univers créatif, vaguement bordélique, totalement bricolé et décalé.
L’idée, génialissime, d’un magasin de location de VHS (rendues has been par le DVD) où toutes les vidéos se retrouveraient effacée est ici le point de départ d’un film partant dans une vrille hommage au cinéma
Les blockbusters US se retrouvent dans des remakes déjantés (on dit « sweded »). On regrette juste le nombre ridicule de 190 copies en France (6 cinémas en Haute-Garonne ?!?).
jeudi 27 mars 2008